Paris,
17
Octobre
2013
|
12:49
Europe/Paris

Entreprises françaises : un Indice de Confiance qui peine à décoller

La dernière étude de Regus* souligne que les entreprises mettront l’accent sur la rentabilité des prestations de services au cours des 12 prochains mois

Résumé

Alors que le Gouvernement se veut optimiste sur la santé de l’économie française et que l’activité semble avoir rebondi au cours des derniers mois, les entreprises de l’hexagone ne perçoivent pas encore les signes de reprise économique. C’est ce que révèle le dernier  Indice de Confiance des Entreprises réalisé par Regus, premier fournisseur d’espaces de travail flexibles au monde. Avec un Indice de 95, la France reste bien en dessous de la moyenne mondiale.

L'enquête, menée auprès de plus de 20 000 cadres supérieurs dans 95 pays, a mis en évidence l'attention particulière que les entreprises porteront à la réduction des coûts. Objectif : tirer le meilleur parti des ressources existantes pour aller vers une croissance durable.

Les principaux enseignements de l’étude

  • Au niveau mondial, l'Indice de Confiance Regus des Entreprises a peu évolué en 6 mois, passant de 114 à 113 points.
  • Avec un Indice de 95 points, la France gagne 4 points par rapport à l’Indice précédent, mais reste en queue de peloton.
  • 55 % des entreprises françaises font part d'une hausse de leur chiffre d'affaires et 46 % de l'augmentation de leurs profits au cours des douze derniers mois.
  • 48 % des personnes interrogées en France pensent que la reprise économique n’interviendra pas avant le second semestre 2014.
  • Au cours des 12 prochains mois, la réduction des coûts et la fidélisation des talents seront en tête des priorités des entreprises de l’hexagone pour accroitre leur efficacité

Confiance des entreprises : l’écart se réduit à l’échelle globale

Mark Dixon, PDG de Regus, commente les résultats de cette étude : « Alors que les économies matures gagnent des points de confiance grâce à des perspectives économiques qui redeviennent positives, le rythme de croissance des pays émergents ralentit, d’où des résultats en baisse. Ainsi peut-on constater que le niveau de confiance des pays à forte croissance a baissé de neuf points pour plafonner aujourd'hui à 117. »

- Si l’Indice de Confiance est resté relativement stable au niveau global, en passant de 114 à 113 points, des évolutions significatives sont apparues depuis la parution du dernier Indice en avril dernier :

  • L’Indice du Mexique, qui avait augmenté de 13 points lors du dernier Indice, perd 24 points pour arriver à un Indice de 111.
  • L’Inde et le Brésil affichent également de fortes baisses, passant respectivement de 137 et 136 à 129 points.
  • A l’inverse, des pays à économies matures tels que la Royaume-Uni (qui gagne 23 points) connaissent un rebond de confiance.
  • Avec un Indice de 95 points, la France gagne 4 points mais figure toujours en queue de peloton.
  • Seuls 12 % des personnes sondées en France pensent que la reprise économique est en marche (contre 18 % des collaborateurs internationaux). Elles sont en revanche 48 % à affirmer qu’elle n’aura pas lieu avant la seconde moitié de l’année 2014 (contre 34 % au niveau mondial).

Des disparités dans l’hexagone

  • Le pourcentage d'entreprises faisant état d'une augmentation de leur chiffre d'affaires en France a reculé, passant de 59 % à 55 %. Or des disparités apparaissent selon la taille et le secteur d’activité des entreprises dans lesquelles les collaborateurs interrogés travaillent.
  • Les grandes entreprises sont 65 % à avoir constaté une hausse de leur chiffre d’affaires au cours de l’année passée, contre respectivement 53 % et 47 % des TPE et PME. L’Indice de confiance des grandes entreprises (111 points) est logiquement plus élevé que celui des TPE (92 points) et PME (86 points).
  • D’un point de vue sectoriel, ce sont les entreprises spécialisées dans les TIC qui sont les plus nombreuses à avoir vu leur chiffre d’affaires augmenter : 72 %. Viennent ensuite celles spécialisées dans l’industrie manufacturière (62 %), dans les médias et le marketing (60 %). Les secteurs de la banque-assurance (52 %) et du consulting (50%)  arrivent en fin de classement. Sans surprise, les sociétés spécialisées dans les TIC affichent un Indice de Confiance de 117 points, alors que celles appartenant aux secteurs de la banque-assurance et du consulting ont des Indices respectifs de 93 et 91 points.

Un accent mis sur la croissance durable

Selon Frédéric Bleuse, Directeur Général France de Regus, « L'efficacité est devenue le principal facteur requis pour rester compétitif sans compromettre la croissance. L'étude a révélé qu’au cours des 12 prochains mois, les entreprises donneront la priorité aux mesures de réduction des coûts, qu'il s'agisse de fidéliser les talents ou de mettre l’accent sur la rentabilité des prestations de services. L'objectif est d'optimiser les processus métier et de tirer le meilleur parti des ressources existantes afin de se développer rapidement et de manière flexible. »

  • Les quatre principaux points d'amélioration que les entreprises françaises mettront en place au cours des 12 prochains mois :
  • La rentabilité des fournisseurs de services (57 %)
  • Une fidélisation accrue du personnel (40%)
  • Une réduction du nombre de déplacements professionnels (35 %)
  • Un retour sur investissement plus élevé sur le marketing et la publicité (34 %)
  • 27 % des entreprises prévoient également de réduire les espaces de travail fixes.

*Rapport disponible sur demande

L'Indice de Confiance Regus des Entreprises :

A chaque nouvelle édition, le rapport Regus Business Tracker présente une mise à jour de l'Indice de Confiance des Entreprises. Cet Indice mesure les déclarations prospectives positives qui combinent les revenus en cumul annuel et les tendances de profit ainsi que les prévisions quant à la reprise économique attendue au cours des mois à venir. Cet Indice vise à devenir une référence unique pour les entreprises à la recherche des résultats clés de l'étude. Son Indice de référence moyen a été défini à 100 dans la première édition du rapport Regus Business Tracker, en septembre 2009.

Méthodologie :

Plus de 20 000 professionnels issus de 95 pays ont été interrogés en septembre 2013. Ces personnes interrogées sont issues de la base de données de contacts de Regus à l'échelle mondiale. Elle compte plus d'un million de travailleurs actifs, dont la vaste majorité est représentée par des membres de la haute direction et des patrons d'entreprise. Les chiffres de cette étude résultent de questions portant sur le chiffre d’affaires et les bénéfices des entreprises, ainsi que sur leurs enjeux les mois à venir. L'étude a été menée et gérée par l'organisme indépendant MindMetre (www.mindmetre.com), www.mindmetre.com

Texte standard

Regus est le premier fournisseur mondial d’espaces de travail flexibles.

Grâce à son réseau de plus de 1 700 centres d'affaires répartis dans 100 pays, il met à la disposition de ses clients des espaces de travail d'excellente qualité, pratiques et entièrement équipés, disponibles aussi bien pour quelques minutes que pour plusieurs années. Des entreprises comme Google, Toshiba et GlaxoSmithKline ont choisi Regus pour pouvoir travailler avec souplesse et assurer la pérennité de leur entreprise.

La commodité est la clé du travail flexible. Regus s'implante donc là où ses 1,5 million de membres en ont besoin : centres-villes, banlieues, centres commerciaux et magasins de détail, gares ferroviaires, stations-service sur autoroutes et centres communautaires.

Créée à Bruxelles (Belgique) en 1989, la société Regus est basée au Luxembourg et est cotée à la Bourse de Londres. Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.regus.com